Exposition ‘les récifs artificiels de la baie du Prado’ organisée par la mairie du 1er secteur de Marseille

Depuis plusieurs années la ville de Marseille met en œuvre une politique de préservation et de valorisation de son littoral et du milieu marin pour restaurer cette zone fortement dégradée par l’action de l’homme. Une des actions phares a été l’opération RECIFS PRADO, avec l’immersion de 27 000 m3 de récifs artificiels.

Pour la première fois sur nos côtes de Méditerranée, un ambitieux programme de réhabilitation des fonds marins avait été engagé avec l’appui de l’Agence de l’Eau et des partenaires institutionnels et locaux, usagers et professionnels de la mer. A l’aide de récifs artificiels innovants, il visait à restaurer les fonds marins détruits notamment par les aménagements de plages artificielles. Avant l’opération RECIFS PRADO, il n’y avait que peu de vie marine dans la zone d’implantation. Un peu plus de 10 ans après l’immersion, cette exposition nous montre le résultat obtenu, son succès et la présence d’une forte diversité écologique et halieutique. La vie marine se développe de nouveau sur ces récifs propices à la fixation de la faune et de la flore. Ils ont bien leur place dans la restauration des écosystèmes à long terme.

La Mairie du 1er secteur s’est engagée au travers de nombreuses actions dans une démarche “Ecoresponsable”, qui constitue un véritable projet de territoire, afin d’aboutir à l’avènement d’une ville dans laquelle la nature aura retrouvé tous ses droits terrestres et maritimes. Dans cette optique de reconquête de la biodiversité marine, Madame Sabine Bernasconi, invite le public à venir découvrir l’exposition « les récifs artificiels du Prado ».

Et parce que les images en disent plus qu’un long discours, venez nombreux découvrir l’exposition

 

Visionner la conférence ‘L’herbier de posidonie : victime et acteur du changement global de la Méditerranée’ donnée à la Station Marine d’Endoume

Dans le cadre des conférences du mercredi animées par les chercheurs de l’OSU Institut Pythéas, Patrick Astruc a présenté une conférence le mercredi 29 mars 2017 à la Station Marine d’Endoume.

La posidonie est une plante marine endémique de Méditerranée. Elle forme de vastes herbiers depuis la surface jusqu’à plusieurs dizaines de mètres de profondeur. En première ligne face aux activités humaines littorales, sa régression est constatée depuis plus d’un demi-siècle. Des mécanismes complexes et encore mal connus expliqueraient cette régression, dont les causes plus ou moins anciennes ne sont pas uniquement imputables à l’Homme. Les enjeux pour la conservation de l’herbier de posidonie sont majeurs. Il s’agit d’un écosystème clef jouant un rôle essentiel pour l’ensemble de la zone côtière (frayère, nurserie, atténuation de la houle, lutte contre l’érosion du littoral, etc.). Dans le contexte actuel de changement climatique, l’herbier de posidonie joue également un rôle considérable de séquestration et de stockage de carbone.

Pour visionner la conférence, cliquez sur le lien ci-dessous :

L’herbier de posidonie : victime et acteur du changement global de la Méditerranée

Conf_Herbier_Endoume