Mise au point d’un protocole d’évaluation de l’état de conservation du Détritique Côtier au sein du Parc national de Port-Cros

Depuis 2012, le territoire maritime du Parc national de Port-Cros (PNPC) représente près de 127 000 ha (cœurs de parc et aire marine adjacente). Dans ce contexte et dans le cadre de son activité scientifique, le PNPC s’intéresse particulièrement aux fonds de Détritique Côtier (DC). Cet habitat plus ou moins sableux constitué de débris coquilliers et organogènes plus ou moins colmatés se situe dans l’étage circalittoral entre 30 et 80 mètres de profondeur. Le DC peut présenter des associations à Corallinales libres (incluant le “maërl”) s’établissant généralement sous un régime de courants de fond relativement continus et unidirectionnels. Il est moins connu que les habitats rocheux de l’infralittoral ou du circalittoral (par ex. le coralligène), car difficile d’accès et moins prisé par les plongeurs. Il s’agit pourtant d’un habitat jouant un rôle fonctionnel primordial et significatif qui contribue à l’ensemble de la zone côtière. Pour répondre au besoin d’évaluer l’état de conservation du DC, le ‘BioCube’, un dispositif permettant la prise de photographies standardisées (photo-quadrats) et de vidéos au moyen d’une cage de 80 cm de côté et de 100 cm de haut a été conçu. L’intérêt d’un quadrat de grande taille est d’augmenter les chances d’observation d’espèces rares ou isolées, telles que les pennatulaires, les grands hydraires, ou encore les grands macrophytes dressés comme les cystoseires. Avec un objectif de comparaison de méthodes ‘traditionnelles’ et automatisées, ces images ont ensuite été traitées selon 2 méthodes visuelles (diagramme de fréquence et nuages de points aléatoires), et 2 méthodes automatisées (classification, analyse fractale et hétérogénéité spatiale). Ces méthodes permettent de caractériser le DC selon plusieurs descripteurs tels que la nature du substrat, la diversité taxonomique, le taux de recouvrement des fractions biotiques et abiotiques, la rugosité (à travers la dimension fractale), etc. En parallèle, des prélèvements en plongée scaphandre ont permis d’actualiser l’inventaire de macrophytes et d’évaluer la richesse spécifique des sites étudiés, ainsi 108 taxons ont été identifiés. Globalement, l’état de conservation du Détritique Côtier du Parc national de Port-Cros est excellent. Le contexte insulaire, ou d’apports continentaux réduits, favorise la transparence de l’eau et en conséquence le développement d’une diversité importante de macrophytes. Les fonds les plus remarquables s’observent autour de Port-Cros et dans une moindre mesure au Levant et à Porquerolles.

Référence : GOUJARD A., ROUANET E., ASTRUCH P., BERTHIER L., PETERCA A., HARMELIN, J.G., VERLAQUE M., THIBAUT T., 2016. Programme SYMBIOSIS. Mise au point d’un protocole d’évaluation de l’état de conservation du Détritique Côtier du Parc national de Port-Cros. Rapport final. GIS Posidonie publ. 69 p + 1 annexe.

Spatangue