Cet article fait partie d’une grande série sur le thème des végétaux, peuplements et paysages marins menacés de Méditerranée. L’ensemble de ce travail a été publié en 1990 sous la forme d’un ’Livre Rouge’ dans les Séries techniques du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (voir référence complète ci-dessous).

Structure et dynamique

Les sites lagunaires, généralement à fond sablo-vaseux, abritent des peuplements d’algues “rouges” et “brunes” libres assez denses ; les espèces fixées, plus diversifiées et beaucoup moins importantes quantitativement, se localisent sur les quelques substrats durs des rivages.

La composition de la végétation des lagunes et des étangs saumâtres de Méditerranée dépend de leur localisation géographique. Les Gracilaria (différentes espèces) surtout, puis les Rytiphlaea tinctoria (Clemente) Agardh, Soliera chordalis J. Agardh (Agardh), Radicilingua thysanorhizans (Holmes) Papenfuss, Chondria tenuissima (Goodenough et Woodward) C. Agardh, Lophosiphonia subadunca (Kützing) Falkenberg etc… constituent les principales espèces d’algues rouges libres des lagunes méditerranéennes ; les principales algues brunes libres sont des Ectocarpaceae avec différentes espèces d’Ectocarpus et de Giffordia, des Colpomenia, des Stictyosiphon, etc. Des Chlorophyceae libres sont également présents : Chaetomorpha linum (Müller) Kützing, Ulva sp. p et Enteromorpha sp. p. Certaines algues rouges lagunaires ont un intérêt économique.

Le développement de ces peuplements lagunaires libres est saisonnier. Les individus, fixés dès leur jeune âge aux divers petits substrats (coquilles, cailloux, autres algues, etc) se détachent par la suite pour former des touffes denses pouvant occuper des surfaces de plusieurs mètres carrés. En fonction des vents, de la houle, des courants et de la profondeur des sites, les touffes d’algues libres se déplacent d’un endroit à un autre.

Ainsi, les données concernant ces peuplements, dans un secteur donné, sont presque toujours ponctuelles dans le temps, de telle sorte que le suivi de leur évolution s’avère difficile. De plus, peu d’études ont été consacrées à leur écologie et à leur dynamique (SCHAUB, 1986 ; CASABIANCA et al., 1972-1973 ; MERCIER, 1973 ; BEN MAIZ, 1986 ; BELKHIRIR et HADJ-ALI-SALEM, 1981).

Distribution géographique

Les lagunes littorales hébergeant des peuplements d’algues rouges et brunes libres sont présentes le long de la plupart des côtes méditerranéennes :

en Espagne : delta de l’Ebre ;

en France : étangs de la côte languedocienne et de la côte orientale de Corse ;

et en Italie, en Tunisie, etc…

Menaces

La pollution des eaux et les rejets industriels constituent actuellement la principale menace qui pèse sur les peuplements lagunaires d’algues rouges et brunes libres.

La diminution de la transparence de l’eau réduit la profondeur à laquelle peuvent se développer ces peuplements.

L’eutrophisation provoque la régression des algues rouges et brunes et l’expansion d’algues vertes nitrophiles. En période chaude, la décomposition de ces algues peut provoquer l’anoxie et des mortalités massives d’espèces animales. Des phénomènes d’eaux rouges peuvent également se produire.

Cet article est issu d’un travail réalisé pour le Programme des Nations Unies pour l’Environnement et l’IUCN par les GIS Posidonie en Collaboration avec de nombreux chercheurs méditerranéens et publié sous le titre : Livre Rouge “Gérard Vuignier” des végétaux, peuplements et paysages marins menacés de Méditerranée. 250p. Par BOUDOURESQUE C.F., BALLESTEROS E., BEN MAIZ N., BOISSET F., BOULADIER E., CINELLI F., CIRIK S., CORMACI M., JEUDY DE GRISSAC A., LABOREL J., LANFRANCO E., LUNDBERG B., MAYHOUB H., MEINESZ A., PANAYOTIDIS P., SEMROUD R., SINNASSAMY J.M., SPAN A., VUIGNIER G., 1990. MAP Technical Reports Series N°43, UNEP, Athens, PNUE, IUCN & GIS Posidonie.